Recherche

spacer



Membres

nom  :
pass :



 

Le Patrimoine local
 


L'ancienne mairie

C'est le plus ancien vestige de la période médiévale du centre ville qui soit resté intact.

La date de sa construction n'est pas connue avec certitude, mais sa conception de style gothique laisse penser qu'elle doit dater du XVème ou XVIème siècle.

Elle se compose au rez-de-chaussée, d'une grande salle dont le plafond est soutenu par deux piliers. L'entrée se faisait à l'origine sur le côté (rue de la Mairie). A gauche, une pièce qui devait être le four banal, auquel on accédait par une porte sur l'avant.

L'étage servait de Mairie, Tribunal et Prison.

Cette construction fit l'objet de soin constant comme le stipulait le projet de restauration du 12 février 1868.

 

 

Suite à la destruction de l'étage durant la seconde guerre mondiale, la mairie a été aménagée au rez-de-chaussée jusqu'au 31 décembre 1958, date du transfert de l'administration communale dans les locaux actuels.

  

 

La Chapelle St Vincent

Un des hauts lieux de l'histoire Faulquinoise.

A cet emplacement se trouvait, au début de ce millénaire, un village du nom de "SAINT-VINCENT LEIS FAKEMONT".

On y a également trouvé des vestiges mérovingiens. Et il y a tout lieu de penser qu'il y a eu une occupation gallo-romaine, ce qui reste à démontrer. Le choeur de la chapelle est du XVème siècle. Jusqu'en 1765 l'édifice était l'église paroissiale de Faulquemont, Chémery et Vahl.

En savoir plus sur la chapelle St Vincent...

 

 

L'église St Vincent 


Photo : ville de FAULQUEMONT

En 1700, la paroisse de Faulquemont (Duché de Lorraine) comprenait en plus les annexes de Vahl-Chémery, ainsi que les hameaux de Bonhouse (3 familles) et Goldenholz (4 familles). Depuis le 14ème siècle la chapelle Saint-Vincent, église paroissiale, était alors, située à l'intérieur du cimetière actuel.
L'église de la vieille ville, située à l'emplacement de l'actuelle, dédiée à Notre-Dame de l'Immaculée Conception, mal entretenue et menaçant ruine, fut interdite puis démolie en 1759.Il fut donc décidé de construire une nouvelle église en vieille ville, sur l'emplacement de la précédente, suivant les plans et devis établis par l'architecte RICHERT de Nancy. Le dernier seigneur de Faulquemont et surtout sa fille, la duchesse du Choiseul, aidèrent, par leurs largesses à construire cette belle église, de style baroque-rococco, dont on rencontre de nombreux exemples en Autriche et plus particulièrement dans le Tyrol. Des rénovations importantes furent réalisées en 1987, grâce à l'association "les amis de St-Vincent"créée pour la cause et en particulier, pour assurer le suivi des travaux grâce à des dons, des manifestations populaires, ainsi qu'à des subventions de la ville.

 

 

L'église St Nicolas de Chémery


Photo : ville de FAULQUEMONT

Les Bigots, est le sobriquet des anciennes générations de ce village, donné par les gens de Faulquemont. Son origine est à chercher, suppose-t-on dans les querelles locales à cause d'un projet de construction d'une église dans la localité.

 

L'actuel village, construit en partie, en 1587, sur d'anciennes ruines de Schoenberg (Beau-Mont) par les colons au milieu d'une étendue forestière, appartenant à Paul de Salm, coseigneur de Faulquemont, faisait partie dès son érection de la paroisse de cette ville.

Dénommé Chémery à partir de 1606, ses habitants refusèrent en 1765 de contribuer aux frais de la reconstruction de leur église paroissiale au centre de Faulquemont. Ils voulaient se constituer en une paroisse indépendante.

 

Mais malgré leurs nombreuses suppliques dans lesquelles ils faisaient constamment valoir leur ferveur religieuse et leur attachement aux principes chrétiens ils n'obtinrent pas gain de cause auprès de l'autorité épiscopale. Le village avec ses "Bigots" restera annexé à la paroisse des "Huddelberg" jusqu'en 1804 et ensuite à celle de Thicourt.

 

L'ossuaire


Photo : ville de FAULQUEMONT

 

L’Ossuaire de Faulquemont date du 4e quart du XVIIe siècle.
Il est propriété de la commune de Faulquemont et inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 25 novembre 1987.

Situé à l’angle du cimetière près de la porte principale, il est isolé de l’édifice religieux, c’est le cas le plus fréquent en Moselle.
L’ossuaire présente 4 piliers en pierre jaunâtre sur sa façade.
Le mot égalité est tracé à la sanguine sur l’un des piliers. Cela peut vouloir signifier que nous sommes tous égaux devant la mort, ou, « personne ne peut échapper à son destin. ». Cette citation n’est peut-être pas d’origine. (cf. « les ossuaires de Lorraine » Jean-Michel Lang.)
Autrefois, on signalait la présence de cierges sculptés sur la façade, symbole de la vie qui s’échappe, actuellement on ne voit plus trace de ces cierges.

 

Il est à noter que sur l’un des piliers, sont gravées des « croix à boules ». En se référant au travail de recherche du chanoine Serge Bonnet., et selon ses hypothèses, les nombreux édifices dans l’Est de la France présentant ces graphismes sculptés le sont surtout au XVIIe et XVIIIe siècles. Ces croix sont toujours gravées à hauteurs de mains d’un homme debout. Il n’est pas impossible qu’elles aient été tracées sur les ossuaires accueillant des ossements lors d’exhumations ou d’inhumations dans des tombes proches. Celles gravées sur le pilier de l’ossuaire ont la forme d’un ostensoir. On trouve également des croix à boules sur la porte de la chapelle qui est un cas unique en Moselle.

 

 

La Nied allemande

 
Frayère - photo : Gael BEHR

La Nied Allemande, rivière non domaniale de deuxième catégorie prend sa source à Marienthal et rejoint la Nied Française à Condé-Northen après un parcours d’environ 51 kilomètres.

En savoir plus sur la Nied allemande et son mode de gestion

Accès au site officiel du SIANA : cliquez ici



Haut de page

Copyright © 2009 - Faulquemont Chmery Nied Herrenwald Bas-steinbesh. Tous droits réservés. Mentions lgales. Design par CiTiPRO